Consentement, desir, plaisir, a quoi ressemble la sexualite des vingtenaires ?

 In scruff payant

Consentement, desir, plaisir, a quoi ressemble la sexualite des vingtenaires ?

A quoi ressemble Notre sexualite des vingtenaires ?

Identifier ses propres souhaits, accueillir ceux de l’autre. Face a la complexite du desir et du consentement, nos jeunes paraissent des fois perdus entre leurs connaissances theoriques et leurs experiences intimes. Meme ultra informees, ils explorent a tatons un paysage amoureux en plein bouleversement.

Leila s’en faisait votre sang d’encre. Fallait-il raconter a le amie Angele sa nuit passee au sein des bras de Paul, votre camarade de l’universite avec lequel cette derniere s’etait disputee plusieurs mois plus tot ? Etait-ce d’une deloyaute que de coucher avec l’ennemi d’une amie ? Cette etudiante nantaise de 20 annees a fini avec se lancer. Angele, de marbre, a douche ses craintes. «Et aussi ? Tu etais consentante ? Lui aussi ? C’etait beaucoup ? Eh bien, voila bien ce qui compte !»

Le reflexe scruff appli est De surcroi®t et puis frequent chez des jeunes. Ceux qui ont 20 ans en 2021 ont commence un life sexuelle a l’epoque ou le consentement s’est impose au debat public, en 2017. Le vieux proverbe «Qui ne evoque mot consent» reste alors balaye avec le mouvement MeToo, ne en 2007, mais reveille dix ans plus tard par des actrices americaines qui denoncent des viols, nos agressions et le harcelement sexuel infliges avec le producteur Harvey Weinstein. Dans un sillage, d’autres prennent la parole, y compris en France, avec #BalanceTonPorc. J’ai digue cede et, en quelques mois, des millions de messages inondent des reseaux sociaux. Depuis, le consentement s’ecrit en grosses lettres au sein des medias, sur les reseaux sociaux ou quelquefois sur les cloisons des villes.

“Mon nom reste clitoris”, le documentaire sans filtre sur la sexualite des jeunes jeunes femmes

Neanmoins, que souhaite affirmer, au franchement, consentir ? A quoi consent-on ? Comment donne-t-on et retire-t-on son consentement ? Ces questions se posent fort concretement dans l’intimite d’une chambre ou d’un lit. Et des reponses n’ont que dalle d’evident, surtout chez les plus jeunes, i  nouveau en pleine decouverte de leur corps ainsi que leurs desirs. «Des etudes sociologiques le montrent : le principal obstacle a une sexualite epanouie est l’absence d’une discussion de grande ampleur sur le sexe et ses enjeux, souligne sa philosophe Manon Garcia, professeure assistante a l’universite de Yale et auteure en Conversation Plusieurs sexes (Editions Flammarion). Puisqu’on n’apprend jamais a toutes les plus jeunes a reflechir a votre qu’ils attendent de l’intimite et du sexe, ils paraissent demunis face a la complexite de leurs sentiments, aux joies et aux difficultes de leurs experiences.»

Hyper eduquees mais peu experimentees

Un sentiment exacerbe, peut-etre, par une sorte de dissonance cognitive entre votre que des jeunes apprennent, d’un angle d’approche intellectuel, ainsi, votre qu’ils savent ou eprouvent intimement. Avoir 20 ans en 2021, c’est, de plus en plus souvent, connaitre que toucher la cuisse ou des fesses d’une femme sans y etre invite constitue une agression sexuelle. Ou que nos violeurs sont plus souvent des petits copains ou des amis rencontres a une fete que des inconnus croises dans un parking. C’est aussi decouvrir la masturbation feminine concernant des comptes Instagram dedies ou se familiariser, devant des series Netflix, avec une diversite d’identites de genre et d’orientations sexuelles.

En 1 mot, des vingtenaires paraissent probablement plus eduques a la sexualite que leurs parents au aussi age. Neanmoins, connaitre des concepts, d’la «culture du viol» a la «parite de l’orgasme», ne remplace jamais des annees d’experience ainsi que vie sexuelle. A 20 ans, aussi en 2021, on ne sait pas forcement appliquer dans l’intimite votre qu’on a appris concernant Internet, ce dont on parle avec ses amis autour d’un cafe. On va pouvoir savoir votre qu’est le consentement et, Afin de autant, accepter quelque chose dont on n’a gui?re envie, parce qu’on est amoureux, parce qu’on souhaite qu’un autre nous kiffe. Ou parce qu’il n’est nullement simple de contredire quelques representations stereotypees, mais bien ancrees, de votre que sont l’amour, le sexe, les hommes et ces dames.

Reinventer l’imaginaire erotique

Un certain cadre erotique, bien entier resume dans la pornographie, tienne face au changement. Empreint d’une masculinite liee a la puissance et a la conquete et d’une feminite naturellement soumise, il infuse aussi chez nos plus jeunes, parfois des l’adolescence. «Il m’a fallu un moment pour faire confiance aux hommes», confie Berangere, une etudiante rennaise de 19 ans. Au college, le premier petit ami la presse pour avoir un ratio dont elle n’a jamais envie, puis essaye une contraindre physiquement a une fellation. «Je ne l’ai jamais vecu comme votre viol, mais J’me suis sentie obligee, raconte-t-elle. Cela a joue dans mon desir de ne frequenter que des dames. Avec elles, je n’ai jamais eu peur, quand on s’embrassait, d’etre tenue d’aller jusqu’au bout.»

Pendant des annees, Berangere se pense lesbienne, lit des essais feministes, rejoint des groupes militants et gagne en assurance. Depuis peu, elle frequente de nouveau des hommes, qu’elle jauge avec vigilance. «Si je sens qu’un garcon est directif, me coupe la parole ou essaie de controler la discussion, votre est non. Quand on couche ensemble, j’attends de lui qu’il s’occupe de moi et prenne mon ravissement en compte. Bien qu’il tente ! Mais je tombe sur bien que, lorsqu’un garcon ne crois qu’a la penetration, je n’arrive gui?re a lui dire quoi faire. Ils subissent une telle pression… Je ne voudrais nullement leur faire saisir qu’ils sont nuls.»

De tres jeunes, la petite vingtaine, viennent dans mon cabinet car elles n’arrivent pas a jouir

Ces garcons eux-memes ont peut-etre de la peine a identifier, ou a entendre, leurs propres desirs. «La penetration parait si incontournable qu’une enorme pression subsiste via le penis et sa capacite a etre en erection», confirme la sexologue Claire Alquier, cofondatrice d’une plateforme de podcasts pedagogiques Le Vestibule. Et ces dames ne sont nullement en reste : «Puisqu’elles paraissent plus averties qu’auparavant, on attend d’elles qu’elles acceptent de nombreux trucs et sachent bien faire. De tres jeunes, la petite vingtaine, viennent au sein d’ mon cabinet, car elles n’arrivent pas a jouir ou a se lacher avec un copain. Elles ont des discours theoriques tres avances au niveau intellectuel, mais pas toujours en accord avec leurs capacites emotionnelles.»

A ecouter : le podcast une redaction

La reste le defi Afin de une part importante en jeune generation : oser penser votre qu’on apprecie, plutot que votre qu’on crois devoir aimer ou votre qu’on imagine que l’autre attend. Ca implique une confiance en soi qu’on n’a pas toujours a 20 annees, sauf a faire preuve de curiosite, de patience et d’un certain souci de l’autre. Lola, une etudiante nanceienne de 20 annees, a trouve bien ce qui aupres de le petit ami depuis deux ans. «Mon joie reste important Afin de lui depuis le commencement, explique-t-elle. Il est tres curieux, m’interroge beaucoup. Nous discutons regulierement de ce qui nous plait et essayons de nous adapter l’un a l’autre. Cette ecoute est precieuse, elle nous a permis de nous decouvrir. Je n’ai plus aucun en gali?re a assumer mon plaisir, a le verbaliser devant n’importe qui, comme lorsque je defends une opinion.»

Recent Posts

Leave a Comment

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt